Mirlin's Hourglass

Forum HP en construction
 

Elena Nilson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Grimoire :: Registre civil :: Fiches validées
avatar

Feuille de personnage
Statut sanguin: Sang-Pur
Baguette magique: Orme, Flexible, Plume de Phénix, 22 cm
Lieu de résidence: Irlande ou Poudlard
Serdaigle [3ème année]
Serdaigle [3ème année]
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Date d'inscription : 03/07/2017
MessageSujet: Elena Nilson Ven 7 Juil - 23:34
Elena
Nilson
Identité
  • Prénom : Elena
  • Nom : Nilson
  • Sexe : Féminin
  • Âge : 13 ans
  • Espèce : Humain
  • Nationalité : Britannique
  • Statut de sang : Sang-Pur
  • Baguette : Orme, Flexible, Plume de Phénix, 22 cm
  • Métier : Élève de Serdaigle [3ème année]

  • Particularité Magique : Lyncanthropie (Héréditaire)
Scolarité

  • Astronomie : Effort Exceptionnel
  • Botanique :Optimal
  • Défense Contre les Forces du Mal : Optimal
  • Histoire de la Magie : Effort Exceptionnel
  • Métamorphose : Optimal
  • Potions : Optimal
  • Sortilèges Optimal
  • Vol : Optimal
  • Étude des Runes : Option choisie
  • Étude des Moldus : Option choisie
  • Arithmancie : Option choisie
  • Clubs/équipe/distinction/etc :
    Batteuse de l'équipe de Quidditch de Serdaigle (depuis la 2ème année)
    Co-Rédactrice au "Hibou Frappeur"

RP (Histoire, Physique, Caractère)
Chapitre 1

Sur le port français de Le Havre fortement bétonné, une sirène caractéristique d'un départ proche retentissait pour percer le tumulte de la foule environnante des proches qui saluaient leurs proches qui s'en allaient vers les terres voisines britanniques. Un couple de dignes français d'un âge respectable saluait ainsi leur gendre et son épouse qui gagnaient la Grande Bretagne en espoir d'un avenir meilleur quand le vieux monsieur fut légèrement bousculé par une petite silhouette, qui s'écriait dans un français quelque peu accentué du timbre de ces maudits roastbeefs :

- Pardon monsieur, madame ! Excusez-moi, je suis pressée, désolée !

Sous les yeux outrés et les dignes réprimandes des doyens, une jeune adolescente de treize ans accourait sur les pavés du port, une valise dans une main et un panier à grille dans l'autre, ses longs cheveux bruns légèrement bouclés filant dans le vent de sa course. Ses bottes se pressaient de leur mieux pour accélérer la foulée de la jeune fille, les bords de sa jupe longue se soulevant de manière infime sous le déplacement, tandis que son polo sombre, sa paire de collants noire et son foulard de tissu gris argenté lui tenait suffisamment chaud dans l'air frais de la nuitée qui s'annonçait bientôt. Son mètre quarante de hauteur ne l'aidait pas beaucoup non plus à se faire remarquer de la foule qu'elle essayait tant bien que mal d'écarter pour se frayer un chemin, mais sa petite taille lui permit malgré tout de se faufiler lorsque quelques ouvertures se présentèrent à elle. Discrètement, son manteau long masquait la présence d'un petit fourreau de cuir à sa ceinture, d'où le manche d'un bout de bois dépassait légèrement : une baguette magique. La jeune fille bondit d'un court saut étonnamment souple pour rejoindre la hauteur du pont mobile reliant le ferry au quai, qui commençait à remonter alors qu'elle s'approchait en grande précipitation. Bien qu'elle manqua de glisser et qu'un miaulement inquiet émana du panier qu'elle tenait en main droite, l'un des matelots la rattrapa de justesse par le bras et l'aida à se hisser sur le ponton du bateau, avec une mine désapprobatrice et des réprimandes méritées. Avec un sourire gêné et chaleureux, elle posa ses bagages avec délicatesse et tandis que l'une de ses mains présentait son billet de voyage, l'autre était glissée dans ses cheveux avec un geste nerveux :

- Faudrait apprendre à être ponctuelle, ma petite dame. L'heure, c'est l'heure ! Vous avez de la chance que le capitaine n'ait pas encore levé l'ancre.
- Je suis désolée, monsieur ! Mon train s'était arrêté en pleine voie peu après Paris... merci beaucoup pour votre aide et pour m'avoir acceptée à bord malgré mon retard.
- Mm, bien sûr, c'est ce qu'ils disent toujours les british ! Et où vous rendez-vous donc comme cela, ma petite dame ?
- Londres, mais j'ai encore beaucoup de chemin devant moi !

Avec son léger sourire et son expression aimable, la mauvaise humeur du matelot se dissipa quelque peu et après quelques grognements et autres grommellements, il lui indiqua d'une voix abrupte le numéro de sa cabine sans même lui proposer de porter ses valises. Avec un léger soupir mais une ombre de sourire fatigué, elle murmura en réponse au miaulement émanant du panier proche d'elle :

- Ne t'inquiète pas, May. Je vais bien, et au moins je n'ai pas manqué ce ferry ! J'aurais été bien embêtée si en plus de ma correspondance prévue, j'avais manqué la dernière traversée de la journée. Le train pour l'école ne m'attendrait pas, lui...

Sa voix était un peu anxieuse derrière son assurance apparente, alors qu'elle tâchait d'ignorer les regards tantôt réprobateurs tantôt circonspects ou condescendants à son égard puisque l'on devait questionner sa santé psychologique, tandis qu'elle semblait se parler à elle-même. Sans s'attarder sur le pont - la jeune fille n'aimait pas beaucoup la houle et ressentait aisément le mal de mer si elle demeurait trop longtemps hors de sa cabine - elle gagna lentement mais sûrement sa très petite cabine individuelle de première classe, un luxe pourtant que tous ne pouvaient pas s'offrir. Là seulement, avec un soupir d'aise elle déposa son manteau léger sur la chaise et posa sa valise dans un coin de la cabine. Puis, elle posa sur la petite couche qui lui servirait de lit le panier, dont l'un des côtés se souleva bientôt pour laisser voir la tête blanc crème au museau brun clair d'un chat au long poil, qui riva ses yeux bleus vers la jeune fille et miaula d'un son clair et doux. Souriant avec affection, l'adolescente prit avec délicatesse le félin entre ses mains pour le tirer hors du panier adapté pour les chats - et ensorcelé, naturellement, pour donner un vaste espace à l'animal en son sein - et pour le déposer avec soin sur la couche, à côté d'elle. Tandis que le chat s'étirait copieusement, la jeune fille déposa au sol le panier et s'allongea lentement sur le lit, rivant des yeux bleus pensifs vers le plafond où trônait une petite lampe, se détournant sciemment du hublot. Un doux miaulement se fit entendre avant que le félin ne vienne se frotter affectueusement contre ses jambes, puis caresser sa main tendue de sa tête, queue dressée avec contentement et tête droite et digne, oreilles droit vers l'avant, avant de venir se coucher tout contre son buste, son corps tressaillant des vibrations rassurantes et apaisantes de son ronronnement contenté. La jeune fille sourit avec douceur :

- Tu as raison, je devrais me reposer. La journée sera longue et bien remplie demain ! Il me tarde de retrouver Duncan et Alan, sans oublier Viviane bien sûr. Ah, que j'ai hâte d'être dans le train, loin des tracas.

Un bref silence ponctua son propos, tandis qu'elle retirait son chandail pour ne garder que sa chemise et ses collants, toujours méfiante quand elle était seule, ôtant également ses bottes par respect de la propreté de la literie. Puis, rallongée, elle murmura de manière presque inaudible alors que la marée faisait tanguer avec douceur le ferry qui prenait la mer :

- Je t'avoue que j'ai peur, May. Peur que mon oncle ait gain de cause et que je sois obligée de me soumettre à ses volontés. Je ne l'aime vraiment pas, lui et mon cousin. Je ne veux vraiment pas l'épouser...

Un sifflement soudain mordit le silence tel un serpent, et elle sentit le poil du félin se hérisser de contrariété tandis qu'elle vit les oreilles de ce dernier se rabattre sur son crâne, avant qu'il ne s'apaise et que les deux yeux bleus ne se posent avec une tendre douceur vers elle, quoique brillants d'une vive détermination. May lécha ensuite avec douceur sa main, avant de pousser celle-ci contre sa tête tant en geste d'apaisement qu'en quête de caresse. Le sourire de l'adolescente se fit un peu plus prononcé, avant qu'elle ne reprenne avec une voix nettement plus posée et déterminée :

- C'est vrai, je ne devrais pas baisser les bras si tôt. Tout n'est pas perdu, nous avons après tout encore quatre-cinq ans pour résoudre la question, pas vrai ? Tante Susie trouvera un moyen, je suis sûre... Je devrais me concentrer sur ma rentrée et mes retrouvailles avec mes meilleurs amis. Il ne faut pas que mes notes à Poudlard en pâtissent !

Chapitre 2

En dehors de son détestable oncle, Lord Robert, et de son tout aussi honni cousin James, Elena ne connaissait que fort peu sa famille, tant du côté paternel que du côté maternel. Âgée de 13 ans, la jeune fille n'avait en effet connu de leur vivant aucun de ses grands-parents. Du côté de sa mère, ils étaient morts peu après sa naissance, d'un accident explosif de potions que sa mère avait toujours insisté pour déclarer comme un crime habilement maquillé. Ainsi, elle n'avait jamais connu directement Andrew et Maureen Doherty, mais la situation n'était pas différente avec ses autres grands-parents, Gilbert et Margaret Nilson, également morts lors d'un meurtre inexpliqué dans l'une de leurs résidences de plaisance. Il était en outre arrivé d'étranges incidents lors de sa jeunesse avec sa mère, Mary Nilson, des agressions inexplicables dont les assaillants n'avaient jamais été capturés ou punis. Avec un remord certain, la jeune Serdaigle se rappela de l'épisode plutôt traumatisant de l'incendie de leur maison, l'année de ses 8 ans. À la longue, Elena se demandait si elle n'était pas porteuse d'une sombre malédiction pour sa famille, au vu de ces tristes faits. De même, elle ne connaissait pas du tout son père, Alan Nilson. Elle était trop jeune quand celui-ci avait disparu, l'année de ses 6 ans. Vaguement, il demeurait quelques souvenirs troubles dans sa mémoire, et les elfes de maison du manoir dont Tobby se faisaient un malin plaisir de lui conter des anecdotes concernant son père et elle. Il faut dire aussi que Lord Robert avait un effet dissuasif sur la loquacité des elfes, et visiblement le sujet de son père ne lui convenait guère.

Ainsi Elena savait qu'il était le frère aîné de son oncle, qu'il avait été dans la même maison de Poudlard qu'elle et qu'il avait été un batteur réputé de l'équipe de Quidditch, comme elle s'en était rendue compte en première année dans la salle des trophées de l'école. Sa mère et son oncle concordaient au moins sur un point : il avait été un Auror. Toutefois, Elena était bien plus confuse concernant les motifs de sa disparition soudaine de leur vie : d'un côté, sa mère affirmait qu'il avait été capturé en mission sur le sol ennemi et était probablement détenu à l'étranger s'il n'était pas mort, de l'autre son oncle affirmait que son frère avait été enfermé en prison puisqu'il avait assassiné plusieurs personnes hors de son cadre de mission, dans une crise de violence folle et meurtrière. De son côté, son parrain Arthur Morrison affirmait ne pas savoir grand chose, sinon que sa mère et son père l'aimaient beaucoup, mais la jeune fille avait remarqué qu'il semblait mal à l'aise par rapport au sujet. Rosalynn, sa tante par "adoption", ne savait pas grand chose non plus à ce propos mais s'inquiétait beaucoup pour son père et elle. Quant à sa marraine, Susan Doyle, l'avocate avait rejeté du plat de la main les propos de son oncle, les déclarant comme "infâmes sornettes" et affirmant que son père n'était pas fait de ce mauvais bois là, que cela ne lui ressemblerait absolument pas... même si concrètement, elle demeurait tout aussi ignorante sur la question que Rosalynn. De fait, la jeune Nilson ne savait trop que penser sur la question, et appréhendait un peu ce personnage lui étant presque inconnu.

Elena se retrouvait souvent au manoir des Nilson, perdu quelque part dans les Highlands pour les vacances... pas que cela fut réellement son choix. Elle affectionnait fort peu la compagnie de ses actuels occupants, qui profitaient de l'absence du patriarche pour revendiquer un lieu qu'ils estimaient leur revenir de droit. Mais après tout, si son père était un jour révélé comme mort, peut-être cela se révèlerait être le cas ? La bague du Patriarche, actuellement disparue avec son possesseur légitime, reviendrait alors au manoir sans doute pour être confiée aux mains du successeur... nul autre que son oncle, selon les explications qu'il lui avait offert à ce propos. Il pourrait trouver un moyen de contourner le problème de succession posé par le legs testamentaire de ses grands parents, qui pour le moment était en l'état indestructible... jusqu'à ses 17 ans, en tout cas.  Une fois sa majorité sorcière atteinte, plus rien ne pourrait empêcher la bonne tenue du mariage qu'il comptait bien lui faire endurer avec son propre cousin, par la mise en acte du contrat pour le moment bloqué par sa mère, son parrain et sa marraine en l'absence du Patriarche. C'était une idée qui la répugnait tout particulièrement, cette union qui était contraire tant aux principes de son esprit, à la morale de son âme qu'aux inclinations de son cœur. Après tout, un seul garçon hantait de plus en plus ses pensées, un sang-mêlé de son âge aux cheveux bruns et aux yeux marron, qu'elle connaissait fort bien. Ses joues rosirent à cette évocation, se rappelant du baiser chaste échangé juste à son départ vers les terres de sa mère. Si elle devait épouser quelqu'un un jour, ce ne serait assurément pas James, ce serait plutôt Duncan ! Même s'ils avaient tout le temps devant eux, dirait sa mère... mais le temps lui semblait presser de plus en plus, alors que l'échéance se rapprochait...

À votre propos
  • Prénom/Surnom : Voir Mary
  • Sexe /
  • Multi-Compte ? : Oui (Mary, Dorea, Rosalynn et Alan Desoya)
  • Feat du personnage : Kaya Scodelario
  • Comment avez-vous connu le forum ? : Fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Statut sanguin: Sang-Pur
Baguette magique: Orme, Flexible, Plume de Phénix, 22 cm
Lieu de résidence: Irlande ou Poudlard
Serdaigle [3ème année]
Serdaigle [3ème année]
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Date d'inscription : 03/07/2017
MessageSujet: Re: Elena Nilson Sam 5 Aoû - 1:07
Suite
Chapitre 3

D'après son entourage, elle était le fruit d'un amour passionné et sincère entre ses parents, sa mère Sang-Mêlée Mary Doherthy Nilson et son père Sang-Pur Alan Nilson, le patriarche de la maison Nilson. Bien que ses souvenirs de cette période soient quelque peu troubles, elle avait le sentiment d'avoir eu une enfance heureuse et épanouie auprès de ses parents, jusqu'à ses 6 et 8 ans où elle fut arrachée à son père et éloignée de sa mère contre son grès. Les trois années qui suivirent furent bercées par les luttes judiciaires concernant sa garde, la justice tranchant le compromis d'une garde alternée entre son oncle et frère cadet de son père, Lord Robert Nilson, sa marraine Susan Doyle et surtout son parrain Arthur Morrison. Si les deux derniers étaient synonymes de vacances épanouies et plaisantes pour la jeune fille, le premier lui suscitait beaucoup moins d'enthousiasme bien qu'elle le masquait de son mieux. Elle s'y sentait beaucoup dévalorisée par les brimades et les reproches, et surtout son cousin prenait un malin plaisir à la tourmenter verbalement, psychologiquement et parfois même magiquement. Jamais physiquement ou rien de trop grave, car sinon cela laisserait trop de traces, de ses propres dires, c'était une moindre consolation. Oh, il s'y aventurait beaucoup moins quand elle était à Poudlard, en compagnie de ses deux meilleurs amis, de ses amies des aigles ou de ses camarades du journal de l'école, mais il s'y essayait dès qu'elle avait l'infortune de se retrouver seule. Et Merlin soit loué, jusque là il avait relativement "bien" choisi le moment de son harcèlement... disons qu'il ne s'était pas hasardé à la pire des options possibles.

On lui disait souvent qu'elle ressemblait assez à son père, tant pour ses cheveux bruns que certains de ses traits faciaux, mais il y a une chose que la jeune sorcière de sang pur de première génération n'était pas ravie d'avoir hérité de lui : ce mal, cette malédiction qui la frappait une fois par mois. Comme si "elle" se sentait interpellée par cette réflexion, elle sentit vaguement la "chose" réagir dans son esprit, avec cette excitation propre à une pleine lune approchante courant le mois. Elle l'ignora et la relégua avec vigueur dans les méandres de son esprit, cette louve qui infectait son esprit depuis qu'elle avait atteint sa puberté au cours de l'été. Enfin, "infectait"... d'après son parrain et sa mère, elle serait présente depuis sa naissance, et était simplement en hibernation jusque là. Une fois par mois, à chaque pleine lune, sa nature de lycanthrope la faisait devenir un monstre pour toute une nuit. Fort heureusement, sa première transformation s'était bien déroulée alors qu'elle était chez les Morrison, qui avaient pris toutes les précautions magiques nécessaires pour qu'elle ne fasse de mal ni à autrui, ni à eux, tout en limitant ce qu'elle pourrait infliger à elle-même, en l'isolant sur une zone délimitée tout du long de sa transformation. Arthur était habitué, en vieil et meilleur ami de son père Alan, lui-même lycan suite à une morsure. Mais Elena redoutait sa prochaine transformation à Poudlard, ou pire encore, au manoir ! Les craintes de son entourage concernant son héritage de la maladie avaient été accrues lorsqu'ils s'étaient rendus compte, jeune, qu'elle semblait avoir une ouïe et un odorat très développés. Enfant, au retour de ses parents, elle avait plus tendance à préférer s'asseoir sur les genoux de son père plutôt que de sa mère, comme cette dernière le lui avait raconté avec amusement. En effet, la petite fille trouvait que sa mère sentait "bizarre" - l'odeur des médicaments et autres produits de Ste Mangouste - et que son père au contraire sentait bon, du à l'odeur de chocolat chaud et de café, par exemple. De même, elle tendait à venir rapidement en entendant ses parents, parrain ou marraine arriver. Les autres perceptions sensorielles accrues ne vinrent qu'après sa puberté et sa première, douloureuse, transformation. Sa peau devenait toujours livide quelques jours avant et après la pleine lune, et elle attrapait souvent froid aussi en ce moment du mois.

Personne jusqu'à ce jour, à l'exception de sa mère et de son tuteur, ne l'avait vue dénudée et de fait n'avait remarqué les quelques cicatrices résultant de ses nuits infernales de loup-garou solitaire malgré lui sous la lune pleine. Fort heureusement, elle n'avait jamais couru le risque d'attaquer des humains par la prévoyance de ses gardiens, mais la perspective la terrifiait tout autant que la louve en elle, ce monstre qui s'éveillait et somnolait quelque part dans son esprit. Peu grande en ces cas-ci de ses deux mètres de hauteur, comme jeune louve à peine adulte, elle se distinguait des louves normales de son museau plus court, sa queue plus touffue, sa taille plus imposante et relativement grande, et surtout des yeux à la fois humains et monstrueux. Mais Arthur avait voulu la rassurer, la Directrice avait été informée et prendrait les mesures nécessaires pour qu'elle puisse suivre sereinement sa scolarité. Le Quidditch et les études la distrairaient de ses tracas et préoccupations... et le sommeil finit par l'emporter malgré la houle. Le lendemain venu, elle courrait après le Poudlard Express pour ne pas le manquer, mais elle se reposerait pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Statut sanguin: Sang-Pur
Baguette magique: Orme, Flexible, Plume de Phénix, 22 cm
Lieu de résidence: Irlande ou Poudlard
Serdaigle [3ème année]
Serdaigle [3ème année]
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Date d'inscription : 03/07/2017
MessageSujet: Re: Elena Nilson Ven 18 Aoû - 16:18
Fiche terminée Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Elena Nilson
Revenir en haut Aller en bas
Elena Nilson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Elena
» Pâtes fraîches maison (laminoir)
» Emission INTERIEURS du 05/02/11 (Sophie LEVITTE)
» SSC : 13e Journée d’Etude de la Société Suisse de Chronométrie
» Décorer ma pièce de vie dans un esprit scandinave : help !!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mirlin's Hourglass :: Grimoire :: Registre civil :: Fiches validées-
Sauter vers: